Publications

  • GUILBAUD, Auriane, Business Partners, Firmes privées et gouvernance mondiale de la santé
  • ZUPPINGER, Renaud, Identité, culture, Europe en 40 pages
  •  

     

  • LÉVY, Clara, « La figure de l’écrivain : analyse sociologique », in BISENIUS-PENIN, Carole, Résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles (1) À la recherche d’une cartographie, Nancy
  • QUEMIN, Alain et VAN HEST, Femke, « The Impact of Nationality and Territory on Fame and Success in the Visual Arts Sector : Artists, Experts, and the Market », in VELTHUIS, Olav Velthuis and BAIA CURIONI Stefano(Ed.), Cosmopolitan Canvases. The Globalization of Markets for Contemporary Art
  • LÉVY, Clara, « La Maison de la Poésie, une résidence toute en souplesse », in BISENIUS-PENIN, Carole, Résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles (1) À la recherche d’une cartographie
  • QUEMIN, Alain, "La culture et ses clichés : analyse sociologique des œuvres de l’Ecole de photographie d’Helsinki"
  • QUEMIN, Alain, « L’inégale distribution du succès en art contemporain entre les nations à partir des palmarès des “plus grands” artistes dans le monde : analyse sociologique »
  • GALLINARI, Pauline, "Les communistes et le cinéma, France, de la Libération aux années 60"
  • Le projet cinématographique communiste français est ambitieux. Dès la Libération, les communistes cherchent d’une part à agir sur le champcinématographique dans le but d’influer sur le devenir économique du cinéma français. D’autre part, ils veulent agir avec le cinéma. Le considérant comme un instrument utile à la « propagande de Parti », ils encouragent la réalisation de films militants destinés à relayer le discours du PCF.

     

     

  • LEVY, Clara, "L’esprit du totalitarisme" et "Le roman d’une vie"
  • LE ROMAN D’UNE VIE, LES LIVRES DE CHEVET ET LEURS LECTEURS

    Le Roman d’une vie

     Paris, Éditions Hermann, coll. « Société et pensées », 2015, 260 p., ISBN : 9782705690748.

    "Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es !" A l’heure où la lecture de textes imprimés connaît un déclin manifeste, de nombreuses personnes résistent à cette tendance, certaines érigeant même un ouvrage au rang de "livre de chevet". Le présent travail repose sur une enquête approfondie menée auprès d’une centaine de lecteurs entretenant une relation intense avec leur livre de chevet. Clara Lévy s’attache, dans cet ouvrage, à comprendre les résonances identitaires que le lecteur projette sur son objet fétiche de lecture.

     

     

     L’ESPRIT DU TOTALITARISME, DE MUSSOLINI À DAESH

    L’esprit du totalitarisme

    Paris, Éditions de l’aube, 2016, 176 p.

    Les auteurs de ce livre partent d’un constat clair  : il n’y a pas eu de pensée du totalitarisme comme il y a eu une pensée du capitalisme, de la démocratie, de la dictature… C’est donc à la fois un concept «  repère  » et une notion chargée de passion.

    Aujourd’hui, la montée des extrémismes – religieux, politiques – nous contraint à nous interroger plus que jamais sur ce qu’est le totalitarisme, un mot inventé par Mussolini  !
    Certains parlent d’un «  totalitarisme islamiste  ». D’autres, d’un «  totalitarisme capitaliste  », ou encore d’un «  totalitarisme écologique  »  ! Mais que cela veut-il dire  ? Quelle est l’histoire de ce mot et surtout, quelle est l’histoire du ­totalitarisme  ?
    En étudiant à la fois l’organisation totalitaire, le déni de la réalité totalitaire, mais aussi les rôles que jouent les hommes dans cette organisation et la violence que le totalitarisme engendre, Antoine Delestre et Clara Lévy nous offrent les clés pour mieux comprendre une notion qu’il est urgent de maîtriser.
  • GUILBAUD, Auriane, et SANSONETTI Philippe, "Le retour des épidémies"
  • En dépit des progrès scientifiques et du développement de la santé publique, des maladies connues depuis des siècles continuent de sévir (choléra, paludisme), tandis que de nouvelles maladies pouvant se disséminer à grande échelle apparaissent (sida, SRAS). Depuis la fin du XXe siècle, la possibilité d’une épidémie véritablement mondiale fait naître un sentiment de vulnérabilité. Cet ouvrage revient sur quelques-unes des épidémies qui affectent la population mondiale en ce début de XXIe siècle et en analyse les enjeux scientifiques, sociaux et politiques.

  • QUEMIN, Alain, "Art et société : recherches récentes et regards croisés Brésil – France"
  • Page d’Alain Quemin

     

    Si la richesse des échanges entre le Brésil et la France est bien connue dans différentes sciences sociales comme la sociologie ou l’anthropologie où la présence française au Brésil a suscité des échanges très féconds qui ont clairement profité aux deux traditions nationales, il en va tout autrement de la sociologie de l’art, puisque les liens entre les deux pays restent encore largement à explorer. Pourtant, il existe clairement deux traditions nationales toutes deux marquées par le fort développement de ce domaine de recherche et, suite à leur forte croissance, les travaux qui se sont imposés au Brésil comme en France n’ont pas manqué de se rencontrer. Le présent ouvrage entend présenter l’état de la sociologie de l’art dans chacun des deux pays de forte tradition sociologique que sont désormais la France et le Brésil, en faire ressortir les spécificités mais aussi les traits communs, ainsi que les sujets de dialogue, que celui-ci soit déjà clairement amorcé ou en probable devenir.

     

    Se a riqueza das trocas entre o Brasil e a França é bastante conhecida no âmbito das ciências sociais como a sociologia ou a antropologia, campos em que a presença francesa no Brasil suscitou intercâmbios muito fecundos que beneficiaram as duas tradições nacionais, o mesmo não acontece na sociologia da arte, área em que os laços entre os dois países ainda permanecem em grande parte inexplorados. Porém, existem claramente duas tradições nacionais marcadas cada uma pelo forte desenvolvimento desse campo de pesquisa, e, devido a seu progresso inegável, as pesquisas que se destacaram tanto no Brasil como na França forçosamente se encontraram. Esta obra intenta apresentar o estado da sociologia da arte na França e no Brasil. Ambos os países apresentando forte tradição sociológica, trata-se de destacar as especificidades de cada um, mas também os traços em comum, assim como os temas sobre os quais dialogam, quer estejam já iniciados, quer ainda estejam para acontecer

  • AUTISSIER, Anne-Marie, Europe et culture : un couple à réinventer ?
  • Où en est la belle utopie de l’Europe de la culture ? Comment la relancer ? Dans un contexte mondial chaotique, l’Union européenne se trouve en butte à d’innombrables fragmentations – politiques, existentielles, sociales. Son sursaut peut venir d’un choc culturel. Après des décennies de néolibéralisme, il est temps d’offrir des espaces de respiration et de partage aux Européens engagés dans la création, l’éducation populaire, les pratiques amateurs, la recherche sur les arts et la culture, l’éducation artistique et culturelle.

    https://www.editions-attribut.fr/Europe-et-culture-un-couple-a 

  • GUILBAUD, Auriane, (dir.) "Les petits États au prisme du multilatéralisme", Critique internationale. Revue comparative de sciences sociales, n°71, 2016 - 172 p. internationale N°71
  •  

    Voir le résumé sur CAIRN : http://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2016-2.htm

  • GUILBAUD, Auriane, « Health at the UN Security Council : Building a Legitimate Subject of Concern. A comparison between Resolution 1308 on HIV/AIDS and resolution 2177 on Ebola », LabToP Working Papers n°6, Octobre 2016
  • BONIFACE Pascal, VEDRINE Hubert, Atlas des crises et des conflits
  • Guerre civile en Syrie, offensives de Daech, démembrement de l’Irak, annexion russe en Crimée, revendications territoriales en mer de Chine, mouvements séparatistes au Mali, guerre d’indépendance au Soudan… la liste des crises et conflits mondiaux s’allonge en même temps qu’elle se diversifie.
    Si les espoirs d’un monde pacifié au sortir de la guerre froide étaient illusoires, les causes, natures et scénarios de sortie des conflits actuels sont rarement analysés, à la fois de manière claire et dans leur complexité. C’est ce que fait cet atlas où se côtoient textes précis et cartographies éclairantes.
    Cet atlas est l’outil indispensable pour tous ceux qui souhaitent comprendre les ressorts et mécanismes des crises et conflits qui ébranlent le monde dans lequel ils vivent.

  • Clara Lévy et Alain Quemin, « Contre "l’art cosmétique" : l’art engagé selon Marina Abramovic », in Florent Gaudez dir., Les frictions créatives art-politique, L’art, le politique et la création, tome 3
  • Cet ouvrage est le troisième opus d’un triptyque consacré à l’étude des liens entre l’Art, le Politique et la Création. L’art est devenu un enjeu politique, social, culturel, économique, idéologique. À un moment où de plus en plus de voix s’élèvent pour affirmer que le lien entre art et politique est, soit erroné, soit dangereux, il importe de se pencher à nouveau sur cette relation complexe et sur les représentations qu’elle suscite aujourd’hui dans un climat de désillusion tant politique qu’artistique. Cet opus aborde : l’art comme absence et/ou dialogue avec le politique, les frottements et affrontements art/politique, l’interrogation politique des œuvres.

  • LA GÉOPOLITIQUE : 43 FICHES thématiques et documentées pour Comprendre l’actualité de Pascal Boniface
  •  

     

    La géopolitique, en tant qu’étude des relations internationales, rend compte du phénomène de la mondialisation tout en analysant ses mécanismes. Pédagogique, ce guide commence par définir la géopolitique. Pratique, il propose 43 fiches thématiques et 22 cartes pour dresser un panorama des conflits, des problématiques et des tendances du monde actuel. Véritable best-seller, il constitue une synthèse d’introduction et de référence sur le sujet.
    Pascal BONIFACE est directeur de l’Institut de relations internationales stratégiques (IRIS) et enseignant à l’Institut d’études européennes de l’Université de Paris VIII. Il a écrit ou dirigé une cinquantaine d’ouvrages ayant pour thème les relations internationales, les questions nucléaires ou la politique étrangère française.
    En vente en librairie et sur le site internet de l’IRIS
  • MANGENOT, Michel, (dir.) Coordonner les affaires européennes, Revue française d’administration publique n°158
  • Comment se fabrique la politique européenne des États membres de l’Union européenne ? Comment fonctionnent les systèmes nationaux de coordination chargés d’élaborer et de défendre les positions nationales au sein du système décisionnel de l’Union ? Ces questions importantes ont été délaissées par la science politique et administrative depuis quinze ans. Aujourd’hui, face aux nouveaux modes de gouvernance européenne, existe-t-il encore un mode de « commandement » hiérarchique de l’État, ou, au contraire, assiste-t-on à une nouvelle fragmentation ?

    Ce numéro qui réunit des contributions de spécialistes français et européens ainsi que de praticiens analyse tout d’abord le modèle français de coordination, ses transformations et ses spécificités sectorielles. Il décline ensuite une problématique transversale : le passage d’une logique classique de négociation intergouvernementale à une logique d’influence, notion beaucoup plus large et protéiforme, replacée ici au sein de plusieurs enceintes institutionnelles. Enfin, il envisage les liens entre coordination nationale et coordination à l’échelle européenne.

    https://www.cairn.info/revue-francaise-d-administration-publique-2016-2.htm

     

     

  • RAVEAUD, Gilles, Bernard Maris expliqué à ceux qui ne comprennent rien à l’économie
  • Dans une prose simple et fluide, Gilles Raveaud synthétise l’œuvre de Bernard Maris, et rend hommage à cette personnalité qui manque cruellement au paysage intellectuel français. En parcourant l’œuvre de Bernard Maris, on se rendra compte que cette discipline n’est pas réservée à une élite et qu’il existe d’autres chemins que ceux présentés par les économistes mainstream, les politiques libéraux, les patrons du Medef & co.À la façon, distanciée et ironique, de Bernard Maris d’appréhender l’économie, les dessinateurs Coco, Félix, Juin, Riss, Vuillemin et Willem apportent leur touche personnelle à l’ouvrage !

    Disponible aux éditions Les échappés

     

    Dans les médias :

    Notre collègue Gilles Raveaud à l’honneur pour son livre Bernard Maris expliqué à ceux qui ne comprennent rien à l’économie, Les échappés, 2017

    dans l’émission de France Culture, L’économie en questions du 25 mars 2017 , à la fin vers 25’30 minutes.

    Voici aussi un lien vers la chronique de son ouvrage dans Alternative économique  

     Les rencontres en librairie à Paris et à Lyon : 

    Le vendredi 21 avril à 18h30 à la Libraire des Nouveautés, 45 bis rue du faubourg du temple, Paris 10ème

    Le mercredi 3 mai à 19h à La petite lumière, 14 rue Boulard, Paris 14ème

    Le jeudi 4 mai à 19h, à la librairie Vivement dimanche, 4 Rue du Chariot d’Or, Lyon 4ème  

     

  • Contribution de Pauline Gallinari - Nouveau coffret DVD édité par Ciné-Archives - Grands soirs et beaux lendemains
  • Notre collègue Pauline Gallinari a participé à cet ouvrage en tant qu’auteure et conseillère historique.

    Réalisés sous l’égide du PCF et de la CGT, les vingt courts métrages réunis dans ce coffret proposent une traversée du cinéma militant de 1945 à 1956, des « lendemains qui chantent » de la Libération à la Guerre froide. Aux années de la Reconstruction et des conquêtes sociales succèdent des luttes sociales réprimées dans le sang, notamment la grève des mineurs en 1948 et les luttes d’indépendance au Maghreb et en Indochine. La bataille idéologique fait rage, incitant les réseaux communistes et cégétistes à mettre en place des contre-actualités filmées et le cinéma français à se mobiliser face à la concurrence américaine. Pour la plupart interdits par la censure à leur sortie, ces films sont pour la première fois disponibles en DVD.

     

     

  • Dictionnaire encyclopédique de la gouvernance européenne : François Lafarge, Michel Mangenot, Véronique Charléty
  •  

     

     

     

    DICTIONNAIRE ENCYCLOPÉDIQUE DE LA GOUVERNANCE EUROPÉENNE

     

    Dirigé par Michel Mangenot, Véronique Charléty, François Lafarge de l’ENA, Christian Mestre et Sylvain Schirmann de l’Université de Strasbourg

     

    Préface de Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission européenne

     

    Postface de Jean-Marc Ferry, professeur titulaire de la chaire Philosophie de l’Europe à l’Université de Nantes

     

    https://www.larciergroup.com/fr/dictionnaire-encyclopedique-de-la-gouvernance-europeenne-2017-9782807903302.html

     

     

    À l’heure du Brexit, ce dictionnaire encyclopédique offre une vision kaléidoscopique de l’état de l’Union. Rassemblant plus d’une soixantaine d’universitaires relevant de divers domaines des sciences sociales et humaines, cet ouvrage cherche à présenter la construction européenne et le fonctionnement de l’Union européenne de manière aussi originale que dynamique.


    À partir d’une sélection d’entrées, qu’ils ont voulu diversifiées afin de conjuguer l’inédit à l’attendu, les concepteurs de ce dictionnaire encyclopédique ont retenu une approche appréhendant les mécanismes et processus décisionnels propres à l’Union réunis sous l’appellation générique de « gouvernance ». En effet, l’ambition poursuivie est d’offrir au lecteur, qu’il soit spécialiste ou non des questions européennes, une compréhension à la fois générale et précise de la machinerie de l’Union afin de saisir au mieux la spécificité du modèle européen.


    À partir du sommaire, le lecteur pourra cheminer parmi des contributions de quelques pages et approfondir ses connaissances grâce à une bibliographie sélective à la fin de chacune d’entre elles.

     

    https://www.larciergroup.com/fr/dictionnaire-encyclopedique-de-la-gouvernance-europeenne-2017-9782807903302.html

     

     

  • Clara Lévy, Alain Quemin, in Jeffrey A. Halley & Daglind E. Sonolet (dir.), Bourdieu in Question. New Directions in French Sociology of Art,
  • In Bourdieu in Question : New Directions in French Sociology of Art, Jeffrey A. Halley and Daglind E. Sonolet offer to English-speaking audiences an account of the very lively Francophone debates over Pierre Bourdieu’s work in the domain of the arts and culture, and present other directions and perspectives taken by major French researchers who extend or differ from his point of view, and who were marginalized by the Bourdieusian moment.

    Three generations of research are presented : contemporaries of Bourdieu, the next generation, and recent research. Themes include the art market and value, cultural politics, the reception of artworks, theory and the concept of the artwork, autonomy in art, ethnography and culture, and the critique of Bourdieu on literature.

    Contributors are : Howard S. Becker, Martine Burgos, Marie Buscatto, Jean-Louis Fabiani, Laurent Fleury, Florent Gaudez, Jeffrey A. Halley, Nathalie Heinich, Yvon Lamy, Jacques Leenhardt, Cécile Léonardi, Clara Lévy, Pierre-Michel Menger, Raymonde Moulin, Jean-Claude Passeron, Emmanuel Pedler, Bruno Péquignot, Alain Quemin, Cherry Schrecker, Daglind E. Sonolet.
     
  • Arnaud Orain, La politique du merveilleux. Une autre histoire du système de Law (1695-1795)
  • Arnaud Orain, La politique du merveilleux


    Contrairement à ce que l’on a cru jusqu’ici, le « système » mis en place
    en France sous la régence du duc d’Orléans n’a pas été un accident provoqué
    par un génie solitaire, l’Écossais John Law. Il ne se résume en rien à une
    expérience fi nancière qui se serait soldée par l’échec du billet de banque et la
    dérive spéculative.

    Dans une relecture complète de cet épisode célèbre, Arnaud Orain révèle
    l’incroyable ambition du « système » qui visait à mettre en place un contrôle
    total de l’appareil d’État sur l’activité économique. Au carrefour des utopies et
    des rêves coloniaux élaborés depuis la fi n du XVIIe siècle, grâce à une intense
    propagande faisant du « système » un conte merveilleux, ce grand Léviathan
    devait modifi er intégralement l’organisation sociale du royaume et répondre
    à la montée inquiétante du libéralisme. Son écho allait traverser le siècle des
    Lumières jusqu’au grand orage de 1789.

  • Anne-Cécile ROBERT, La stratégie de l’émotion
  • Anne-Cécile Robert, La stratégie de l'émotion

     

    Les émotions dévorent l’espace social et politique au détriment des autres modes de connaissance du monde, notamment la raison. Certes, comme le disait Hegel, « rien de grand ne se fait sans passion », mais l’empire des affects met la démocratie en péril. Il fait régresser la société sous nos yeux en transformant des humains broyés par les inégalités en bourreaux d’eux-mêmes, les incitant à pleurer plutôt qu’à agir.

    À la « stratégie du choc » qui, comme l’a montré Naomi Klein, permet au capitalisme d’utiliser les catastrophes pour croître, Anne-Cécile Robert ajoute le contrôle social par l’émotion, dont elle analyse les manifestations les plus délétères : narcissisme compassionnel des réseaux sociaux, discours politiques réduits à des prêches, omniprésence médiatique des faits divers, mise en scène des marches blanches, etc. Une réflexion salutaire sur l’abrutissante extension du domaine de la larme et un plaidoyer civique pour un retour à la raison.

  • Gilles Raveaud, Economie : on n’a pas tout essayé !
  • Gilles Raveaud, Economie : on n'a pas tout essayé !

     

    Il n’y a pas d’alternative aux politiques libérales ? Réveillez-vous, le monde a changé ! Si vous plongez dans les travaux de recherche des économistes, dans les gros rapports des institutions internationales, voici ce qui ressort : il y a trop d’inégalités, trop de finance, les salaires ne progressent pas assez, il faut plus d’investissements publics, lutter contre les paradis fiscaux et promouvoir la lutte contre le changement climatique !

    Le libéralisme économique a perdu la bataille intellectuelle. Il peut perdre la bataille politique. Une mondialisation régulée, c’est possible, une finance au service de l’économie aussi. L’Europe n’empêche pas les politiques nationales : la France peut développer sa propre politique industrielle, faire reculer le chômage, réduire les inégalités, sortir du « tout croissance ». Et pas besoin d’en passer par le rejet de l’autre, comme Trump, ou par le rejet de l’Europe, comme avec le Brexit. On peut, aujourd’hui, suivre une voie progressiste et écologique sans sortir de la mondialisation ou de l’Europe.

    Un corpus impressionnant de travaux donne désormais les armes intellectuelles pour définir en France, en Europe, une autre politique économique. Il fallait en faire la synthèse, organisée, pédagogique, accessible. C’est fait.

    Formé à l’École normale supérieure de Cachan et docteur en économie de l’université Paris Nanterre, Gilles Raveaud a enseigné à la prestigieuse université d’Harvard pendant deux ans. Il est maître de conférences en économie à l’université Paris 8 – Saint-Denis et contribue régulièrement au mensuel Alternatives économiques.